STRADA …

« La Nouvelle Gazette» du 16 octobre 2013
La Louvière: le premier architecte de la Strada fait condamner Wilhelm and Co
Xavier Lambert
Le groupe d’architectes portugais CPU Retail a assigné au tribunal de commerce et fait condamner la société Wilhelm and Co, chargée par la Ville de La Louvière de mener à bien le projet « Strada » sur le site.
En cause : le travail accompli sur les projets de façade du futur centre commercial, qui constitue la partie centrale de ce projet de revitalisation urbaine. «  Effectivement, nous avions décidé de mettre fin à la collaboration avec ce bureau car il s’est avéré incapable de remettre un projet correct, explique Jean-Michel Despaux, directeur d’exploitation. Nous avons donc désigné Design International pour effectuer cette tâche et c’est cette société qui a finalement dessiné les façades du projet remis dans la demande de permis  ».
Une évolution qui n’a pas plu
Piquant quand on sait que c’est précisément ce qu’a regretté le Collège dans son avis négatif sur la demande de permis : l’évolution du projet vers un centre commercial plus « fermé », moins écologique et une philosophie plus « financière ».
Un changement que le bourgmestre faisait précisément coïncider avec le changement d’interlocuteur chez Wilhelm. «  Mais ce ne sont pas les architectes qui ont changé le projet : nous restons les maîtres d’œuvre, l’architecte ne fait que dessiner, explique M. Despaux. Comme tout projet, celui de la Strada vit et il a évolué avec le temps  ».
Toujours est-il que la Ville, elle, semblait nettement plus séduite par les premiers plans. Et que le groupe CPU Retails fait valoir ses droits de propriété intellectuelle dans l’élaboration des plans du centre commercial.
Le tribunal a donné raison aux architectes,ordonnant des mesures conservatoires à l’égard de Wilhelm and Co, condamné à une astreinte de 1.000 euros par jour si le promoteur continue à utiliser le travail fourni par CPU. Ce qui pourrait encore un peu plus compliquer la nécessaire négociation entre la Ville et Wilhelm and Co pour faire aboutir un projet selon les aspirations de départ…
 
 

La direction de l’Urbanisme Hainaut II déforcée

Repris dans la Dernière Heure du 3 octobre 2013
La direction régionale de l’Aménagement du territoire et de l’Urbanisme de Charleroi (Hainaut II) n’est plus en capacité d’assurer l’entièreté de ses missions. Dans un courrier adressé à l’ensemble des communes et études notariales de son ressort, le fonctionnaire délégué, Raphael Stokis, explique que son service doit faire face depuis 2008 à des départs d’agents qui ne sont pas remplacés.
Des réorganisations internes ont permis une certaine continuité, mais après la perte de plusieurs techniciens (architectes, juristes, dessinateurs) dont les postes sont restés vacants, il a fallu procéder à des priorisations dans l’exécution des tâches.
Chaque année, la direction Hainaut II est appelée à traiter 7.500 dossiers. « Il y a des limites à ce qui est humainement et raisonnablement possible : en l’espèce, on a très largement dépassé les bornes du sous-effectif. Impossible de continuer au même rythme, le service s’est recentré sur ses missions légales ou relevant de la compétence exclusive du fonctionnaire délégué. »
Dans une récente interpellation des ministres wallons de tutelle Philippe Henry et Jean-Marc Nollet, tous deux Écolo, le député-bourgmestre de Farciennes, Hugues Bayet (PS), s’inquiète vivement des conséquences. « C’est ainsi que, par exemple, la division de Charleroi n’est plus en mesure de remettre des réponses sur des demandes de permis privés dans les délais de rigueur », observe-t-il, « ce qui équivaut à un refus. »
Autre problème : les permanences hebdomadaires relatives aux projets privés avec les architectes ont dû être supprimées. À Charleroi, il est bon de rappeler que les services communaux de l’Urbanisme souffrent eux aussi d’un déficit d’agents. Il n’est ainsi pas rare que des promoteurs et propriétaires attendent leur autorisation très largement au-delà des délais prescrits, jusqu’à une année complète.
Cette situation porte gravement atteinte à l’économie et au marché du bâtiment. Cela peut parfois couler des projets. Pour Bayet, « le gouvernement doit veiller à ce que la législation soit appliquée de la même manière partout sur le territoire wallon. Des solutions s’imposent ».
Dans l’attente de recrutements, Jean-Marc Nollet s’est engagé à renforcer les rangs de la direction carolo par des transferts provisoires de personnel de Namur. On attend ça impatiemment dans l’îlot de la Région wallonne à la rue de l’Écluse.
signé DIDIER ALBIN

L’Eglise des Récollets (à Binche) a trouvé acquéreur

extrait du flux RSS d’Antenne- Centre
Selon nos informations, confirmée par l’acheteur, l’église du Saint Sacrement à Binche a trouvé un acquéreur en la personne d’un ingénieur belge officiant en République démocratique du Congo. L’acheteur projette de réhabiliter le bâtiment en salle d’exposition. L’artisanat africain mais aussi l’artisanat local y seront à l’honneur. Le cadre de l’édifice devrait être préservé comme le souhaitaient les vendeurs.
L’acheteur nous précise qu’il doit affiner son projet.
Pour rappel , l’église des Récollets avait été mise en vente en avril 2012 pour l’euro symbolique. Plus d’informations dans nos prochaines éditions.

La "Strada" recalée et inauguration de la "Tour des Diables" à La Louvière

Voici des liens vers les journaux d’ACTV …
Inauguration de la Tour des Diables , tour passive à La Louvière -Saint-Vaast:
http://www.antennecentre.tv/site/la_louvi_re_tour_passive_la_cit_jardins-75740-999-226.html
Le Collège refuse le permis pour le centre commercial « La Strada » à La Louvière : le Bourgmestre s’explique longuement dans une édition spécial du journal d’Antenne Centre:
http://www.antennecentre.tv/site/journal_du_26_septembre_2013-75689-999-226.html
Vous pouvez y accéder en faisant un copié-collé.